L’ancienne alliance: est-elle toujours en vigueur

L’ANCIENNE ALLIANCE: ESTELLE TOUJOURS EN VIGUEUR ?
Une lecture même superficielle des Écritures nous montre clairement que l’Ancienne Alliance faite entre Dieu et Israël était appelée à disparaître pour faire face à une loi meilleure. Jérémie le prophète l’annonce plusieurs siècles avant Jésus-Christ, on ne peut plus nettement. (Jérémie 31.31ss). Plus tard, lorsque le Christ aura accompli sa mission parmi les hommes, l’écrivain d’Hébreux consacrera la quasi totalité de sa lettre à l’explication du rapport qui existe entre l’Ancienne Alliance et la Nouvelle inaugurée par le Christ. C’est là que nous lisons: «Il y a ainsi abolition d’une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité, – car la loi n’a rien amené à la perfection – et introduction d’une espérance par laquelle nous nous approchons de Dieu ». (Hébreux 7.18, 19).
Puis après avoir parlé du rôle de Moise sous l’ ancien régime, il déclare que Jésus «a obtenu un ministère d’autant plus supérieur qu’il est le médiateur dune alliance plus excellente, qui a été établie sur de meilleures promesses. En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n’aurait pas été question de la remplacer par une seconde». (Hébreux 8.6, 6.)
Ce langage ne permet plus aucun doute sur cette question. Il est clair que le système de l’Ancienne Loi a été aboli, abrogé, et remplacé, avec le Christ, par une meilleure Alliance. Il est également clair que c’est toute l’Ancienne loi qui a disparu et non une partie seulement. (Nous reviendrons plus tard à cet aspect de la question.) 
POUR ACCOMPLIR

A ce point, quelqu’un dira peut-être: n’y a-t-il pas une contradiction frappante entre ce que nous venons de lire et ce que Jésus dit lui même, a savoir: «Ne croyez pas que je suis venu non pour abolir mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, il ne disparaîtra pas de la Loi un seul iota ou un seul trait de lettre jusqu’à ce que tout soit arrivé.» (Matthieu 5.17, 18). Jesus ne souligne-t-il pas ici la durabilité de la Loi, jusqu’à la fin du monde? Ce n’est pas du tout l’enseignement qu’il veut donner.
Notons encore la seconde partie de la déclaration; elle est la clé de ce texte : « il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre jusqu’à ce que tout soit arrivé. (Certaines traductions disent; jusqu’à ce que tout soit accompli.) Jésus déclare ici qu’il est venu réaliser tout ce qui est dit de lui dans l’Écriture et que rien ne pourra l’empêcher de le faire. Car tout l’Ancien Testament est comme une chrysalide qui attend de s’ouvrir pour laisser sortir le papillon accompli. C’est ainsi que nous rencontrons souvent dans les page des Évangiles cette expression significative : afin que s’accomplisse ce qui avait été dit par le prophète. Voyez Matthieu 2.15, 17,23; 4.14; 8.17; 13.14, 35; 21.4; 26.56; 27.9; 27.35; Jean 12.38; 13.18, etc.
LES DERNIERS MOTS DU CRUCIFIÉ
Vers la fin de son ministère terrestre, après sa résurrection il déclare à ses disciples émerveillés; «C’est là ce que je disais lorsque j’étais encore avec vous, qu’il fallait que s’accomplit tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moise, dans les prophètes et dans les Psaumes. Alors, il leur ouvrit l’esprit afin qu’ils comprissent les Écritures.» Et leur dit;«Ainsi il est écrit que le christ souffrirait et qu’il ressusciterait des morts le troisième jour et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations.» (Luc 24.44-47)
La loi ne devait pas disparaître «jusqu’à ce que tout soit réalisé.» Or, tout était maintenant accompli. Ce sont les derniers mots du crucifié. (Jean 19.30). 
LE VOILE DU TEMPLE SE DÉCHIRA

A la lumière de ces textes, nous pouvons mieux comprend pourquoi le voile du temple se déchira depuis le haut jusqu’en bas tandis qu’expirait le réalisateur de la loi. Nous pouvons mieux saisir toute la portée de ces mots de Paul: «Christ est la fin de la loi». Rom.10.4.«Vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre…» «Nous avons été dégagé de la loi…» (Romains 7.4, 6.)
Une autre question s’éclaire également; sous l’Ancienne Loi, avant la venue du Christ, il y avait, d’ une part les juifs, et d’autre part les païens, c’està -dire tous les non juifs. Le mur de séparation était la loi, accordée aux juifs, et inconnue des païens. Mais à présent; en Jésus-Christ, il n’y a plus de différence, car juifs comme païens sont également appelés à former un seul peuple par la foi en Christ. Paul explique comment cela a été réalisé: «Christest notre paix, lui qui des deux n en a fait qu un, et qui a renversé le mur de séparation, l inimité, créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau.» (Éphésiens 2.14, 15.)
UN PÉDAGOGUE
En disant que la loi a été comme un pédagogue pour nous amener à Christ, les écritures expliquent clairement que la loi a eu un rôle temporaire, et que ce rôle est accompli. (Un pédagogue est une sorte de précepteur, un tuteur, responsable de la formation d’un élève jusqu’à sont émancipation.) Le texte ajoute: « La foi étant venu c’est-à-dire l’évangiles par le Christ nous ne sommes plus sous ce pédagogue; car vous êtes tous Fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ; vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n’y a plus ni juif, ni homme ni femme; car vous êtes tous un en Jésus-Christ.» (Galates 3.25-28). 
UNE SEULE LOI

A ce point, il faut signaler, sinon dénoncer, une théorie tout à fait erronée en ce qui concerne la loi de l’Ancien Testament. Comme de trop nombreux textes déclarent sans confusion possible que la loi ancienne a été abolie, on a imaginé qu’il y a dans l’Ancien Testament deux sortes de loi: La loi cérémoniale, de caractère temporaire, abolie effectivement par le Christ; et la loi morale, qui dure à jamais. On ajoute à cela que la première est appelée la loi de Moïse et que les Écritures désignent la seconde par l’expression la loi de Dieu.
Il est vrai que l’Ancien Testament comprend plusieurs sortes de lois. Il y a des lois morales, des lois cérémoniales, des lois civiles, etc. Mais il est à noter qu’ elles s’entremêlent au point de rendre toute distinction presque impossible; et cela tout simplement par ce que la loi est une et indivisible. Que ce soit un rite cérémonial, que ce soit un acte social, tout était réglé par Dieu dans la loi donnée par Moïse. Le langage biblique ne connaît pas de distinction entre loi morale et loi cérémoniale. Lorsque Jésus dit qu’Il est venu accomplir la loi, Il parle de la loi en entier, la loi dans sa totalité, de tout le système Mosaïque. Quand Jésus dit qu’il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre jusqu à ce que tout soit arrivé, Il parle de toute la loi, voire de tout l’Ancien Testament. Les termes employés dans la Bible pour indiquer les divisions de l’Ancien Testament sont; la loi, les psaumes et les prophètes; ou simplement: la loi et les prophètes. (Matthieu 7.12; Luc 16.16; Luc 24.44; Actes 24.14). Ces expressions désignaient l’ensemble de la loi. Mais parler de loi morale et de loi cérémoniale pour donner à l’une un caractère passager et à l’autre un caractère éternel, serait se servir d’un langage et de conceptions étrangers à la Bible. Nous devons nous garder de donner au vocabulaire biblique un sens qu’il n’avait pas dans l’esprit de ses auteurs.
Etablissons donc bien ce fait dans nos esprits: lorsque Jésus, un apôtre ou n’importe quel auteur biblique parle de la loi de Moïse, qu’il s’agisse de l’obéissance à cette loi ou de son abrogation, c’est de toute la loi qu’il parle.
Quant à la distinction que l’on fait entre Loi de Dieu et Loi de Moïse, le texte biblique ne l’autorise pas davantage. Voyez les texes suivants: Néhémie 8.18; 10.29; Esdras 7.6; II Chroniques 34.14, ou la Bible parle tantôt de «la loi de Dieu donnée par Moïse» tantôt de «la loi de Moïse donnée par Dieu», et souvent dans le même contexte. 
LES COMMANDEMENTS:
 UN RESUME
On insiste souvent sur le fait que la loi des dix commandements est une loi immuable. D’abord parce que c’est la « loi morale » (!), ensuite parce que c’est Dieu lui-même qui l’a gravée dans la pierre. Cela n’est-il pas significatif ?
Lorsque Moïse descendit de la Montagne, il tenait dans ses bras les tables de la loi. Elles étaient la preuve que Dieu lui avait parlé, que ces commandements étaient de Dieu lui-même, d’autant plus que son visage resplendissait d’un éclat insoutenable. C’est pourquoi ces tables sont appelées «Le témoignage» (Exode 16.34; 25.16; 27.21; etc.) Mais ces tables n’étaient que le résumé de la loi donnée à Israël. Elles ne constituaient pas un recueil de la loi à part, destiné à survivre au reste des préceptes. Car, nous l’avons vu, la Loi était toute la loi.
On insiste beaucoup dans certains groupes sur le caractère éternel des dix commandements car ils renferment la loi du sabbat. C’est la seule vraie raison pour laquelle on tient tellement à ces tables de la loi.
Parler des tables de la loi, c’est évoquer toute la loi dont elles étaient le symbole. Ansi, lorsque l’apôtre Paul parle du remplacement de la Loi ancienne par la loi supérieure du Christ, il fait précisément intervenir les dix commandements dans son explication, et il en parle comme d’un ministère de mort et de condamnation par contraste avec le ministère de l’Esprit (c’est-à -dire l’Évangile du Christ) .Voici ce qu’il écrit : «Or, si le ministère de la mort, gravé avec des lettres sur des pierres, a été glorieux, au point que les fils d’Israël ne pouvaient fixer les regards sur le visage de Moïse, à cause de la gloire de son visage, bien que cette gloire fût passagère, combien le ministère de l’esprit ne sera-t-il pas plus glorieux !» «Si le ministère de la condamnation a été glorieux, le ministère de la justice est de beaucoup supérieur en gloire. Et, sous ce rapport, ce qui a été glorieux ne l’a point été, à cause de cette gloire qui lui est supérieure. En effet, si ce qui était passager a été glorieux, ce qui est permanent est bien plus glorieux. » (II Corinthiens 3.7-11).                                                                                Par Richard Andrejewski

(dans Vol. 1, No. 3)